Administration | English Français 日本語

 

The GlobalRecalls portal brings together information on product recalls being issued around the world, on a regular basis, together in one place – on an OECD platform.

The portal includes information on mandatory and voluntary consumer product recalls which were issued by a governmental body and were made publicly available.

Portail global sur les rappels de produits
 

 

Qu’est-ce que le portail GlobalRecalls ?

Le portail GlobalRecalls recense sur une même plate-forme régulièrement actualisée les rappels de produits publiés dans le monde entier. Il contient des informations sur les rappels de produits obligatoires et volontaires qui ont été rendus publics au travers d’organismes gouvernementaux. Les secteurs couverts dépendent de l’organisme public dont proviennent les informations : on y trouve ainsi dans certains cas des données sur les produits alimentaires, les véhicules, les produits pharmaceutiques et les médicaments.


Cliquez ici pour télécharger la plaquette du portail GlobalRecalls 


Le portail GlobalRecalls a été lancé le 19 octobre 2012. Pour plus de renseignements, consulter ce lien suivant.

 

Qui peut utiliser le portail GlobalRecalls ?

Le portail GlobalRecalls facilite l’échange d’informations d’un pays à l’autre et simplifie la tâche des organismes de régulation pour prendre des mesures correctives. Il s’adresse également aux consommateurs et aux entreprises. Les consommateurs peuvent le consulter pour savoir si le produit qu’ils convoitent n’a pas déjà posé un problème de sécurité - précaution particulièrement utile lorsque l’on achète en ligne à l’étranger. Pour les entreprises, le portail permet de mieux s’informer sur d’éventuels dangers émergents à l’échelle mondiale, et donc de réagir promptement pour résoudre les problèmes.

Le portail de l’OCDE sera également utile pour les pays qui ne disposent pas d’un système électronique sur les données de rappels : il pourra être facilement repris après avoir été adapté en fonction des réalités nationales.

 

Quelles données le portail contient-il ? Recense-t-il des informations historiques ?

Le portail GlobalRecalls réunit les rappels d’Australie, du Canada, d’Europe, du Japon et des États-Unis. Il peut exister des différences mineures entre différents juridictions dans ce que recouvre la notion de « produit de consommation ». Certaines bases comprennent les cosmétiques, d’autres les automobiles. Au moment de son lancement, GloballRacalls contenait environ 2 000 fiches. Le portail est régulièrement enrichi de données nouvelles et de données historiques, et il sera prochainement complété par les bases de rappels de produits d’autres pays.

 

Comment les données sont-elles ajoutées au site web ?

Un service web est en cours de développement pour permettre la collecte automatique des informations en provenance des pays ou territoires participants. Chaque source décide de la fréquence et de la date de l’envoi des données : les mises à jour peuvent être quotidiennes, hebdomadaires ou mensuelles.

 

Quelle sera la durée d’affichage et de stockage des informations ? Seront-elles un jour effacées ?

Les informations seront stockées sur le portail aussi longtemps que la juridiction concerné l’autorisera. Certaines informations pourront donc être accessibles sans limite de temps.

 

Qui apporte actuellement des informations sur le portail ?

Des informations sur les rappels de produits sont actuellement fournies par l’Australie, le Canada, la Commission Européenne, le Japon et les États-Unis. D’autres juridictions membres et non membres de l’OCDE vont se joindre à l’initiative.

 

Existera-t-il des cas où des informations sur des rappels de produits figureront sur le portail, mais pas sur le site web de l’organisme national de réglementation, ou vice versa ?

Chaque juridiction décide des informations qui peuvent figurer sur le portail. Il se peut donc que l’organisme national de réglementation fournisse davantage d’éléments sur son site web ou qu’il y signale des rappels qui ne figurent pas sur le portail. Toutefois, les juridictions sont généralement désireux de partager toutes les informations publiquement accessibles via le portail.

 

Quelle sera l’évolution de ce portail ?

Le lancement officiel du portail a marqué la fin de la Phase I du projet. Les prochaines étapes consisteront à : i) améliorer les fonctions de traduction et de recherche ; ii) ajouter les données historiques sur le portail ; iii) automatiser les actualisations régulières ; iv) réunir des données en provenance d’autres juridictions. Une application mobile est également en cours de développement, ce qui facilitera encore l’utilisation du portail. Il est aussi prévu de créer une interface adaptée pour les pays ou territoires qui n’ont pas leur propre base de données.